Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Luttes chez Holder, Boulangerie Paul et Château Blanc

La boulangerie Paul gagne son bras de fer contre la mairie

10 Avril 2015 , Rédigé par Jean Trovalet Publié dans #Holder and Co

La boulangerie Paul gagne son bras de fer contre la mairie

C'est un camouflet pour la ville de Saint-Ouen. Le tribunal administratif de Montreuil vient d'annuler l'arrêté de préemption urbain pris par le maire (UDI), William Delannoy, sur l'immeuble situé au 90, rue des Rosiers, acheté sous la précédente municipalité par Francis Holder, le patron des boulangeries Paul.

Le tribunal a en effet estimé que « la décision a été prise à l'issue d'une procédure irrégulière », et que « la collectivité ne justifie d'aucun projet réel sur la parcelle en cause, en méconnaissance du code de l'urbanisme ».

Le PDG de Paul, déjà propriétaire du 94, rue des Rosiers, souhaitait installer sur ces deux sites, en plein cœur du marché aux puces, un atelier de fabrication de pâtisserie, un centre de formation, une boulangerie et des logements pour son personnel. Un accord avait été conclu avec la précédente municipalité, dirigée par Jacqueline Rouillon (FG).

Hostile au projet, William Delannoy a tenté de contrecarrer la vente en préemptant l'immeuble au prix du marché, soit 1 M€ (il est estimé 500 000 € par les Domaines).

Devant le tribunal, la ville a tenté de faire valoir qu'un autre projet de plate-forme logistique à cette adresse était à l'étude depuis 2004. Pour autant, a conclu le tribunal administratif de Montreuil, les documents produits par la municipalité « ne sauraient justifier de l'actualité du projet de base logistique à la date de la décision de préemption attaquée ». En clair, pour les magistrats, « la commune a préempté la parcelle dans le seul but de faire obstacle au projet » de Francis Holder.

Contacté, le groupe Holder, dont le siège se trouve à Marcq-en-Baroeul (Nord), ne souhaite pas, pour l'heure, commenter cette victoire devant le tribunal administratif. Il n'a pas encore décidé s'il allait ou non s'installer à Saint-Ouen, où il possède, depuis la rentrée dernière, un point de vente sur l'avenue Gabriel-Péri, à deux pas de la station de métro Garibaldi.

Une seule certitude : aux yeux de la nouvelle municipalité, le groupe n'est pas le bienvenu aux puces. « Il n'est pas pensable d'accueillir une activité de cette nature, qui générera un fort trafic, au cœur d'un secteur déjà difficile en termes de circulation », martèle Hugues Cornière. Le conseiller municipal en charge des puces rappelle que « la ville a proposé au PDG du groupe Paul un autre terrain, de 2 000 m2, dans le futur quartier des Docks ».

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-saint-denis-93/la-boulangerie-paul-gagne-son-bras-de-fer-contre-la-mairie-10-04-2015-4679653.php

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article